Le titre de l’argument pour le Congrès 2018 de l’AMP énonce clairement que les psychoses vont être interrogées à partir de la relation avec l’analyste dans une clinique « sous transfert ». À partir de ce « sous transfert », les modalités de la présence de l’analyste dans la cure peuvent être éclaircies tout en respectant la singularité du cas. Si le symbolique est troué, il est donc incapable de limiter le réel de la jouissance en jeu. Il s’agit de travailler sur les conséquences de cette affirmation dans une pratique moderne qui ne recule pas devant la psychose, mais reste avertie qu’elle doit aller au-delà de la position du « secrétaire de l’aliéné ».

Beatriz Premazzi.

Lacan reconnaît la psychose comme un phénomène du langage, essentiellement lié à quelque chose qui est au niveau de la relation du sujet avec le signifiant. Entre la forclusion du NdP et la forclusion généralisé, entre le dernier Lacan et le premier aussi, comment pouvons-nous lire les phénomènes élémentaires dans notre clinique actuelle? ils se présentent différemment? Les petits signes, signes discret, peuvent-ils avoir la structure d’un phénomène élémentaire? Jacques- Alain Miller nous dit: « Le phénomène élémentaire est à la psychose ce que la formation de l’inconscient est à la névrose » (1).

Sandra Pax-Cisternas.

(1) Miller J.-A., « L’invention du délire », La Cause freudienne, n°70, 2008, p. 84.

Les réunions auront lieu les deuxième mercredi du mois, dès 19h à 20h30.

  • Réunions à venir:
  • 5 juillet 2017
  • 13 septembre 2017
  • 11 octobre 2017
  • 8 novembre 2017
  • Décembre 2017 (à définir)
  • 10 janvier 2018
  • 7 février 2018
  • Mars 2018 RDV